sinfimasa_firma_Exposolidos24

Guide sur l’entretien d’un vis sans fin pour produits en vrac

Entretien d’un vis sans fin pour le transport de produits solides en vrac. Questions Fréquentes.

Un convoyeur à vis sans fin, également connu sous le nom de transporteur à vis, est une machine qui utilise une vis hélicoïdale pour déplacer des produits en vrac d’un point à un autre. Un entretien approprié d’un vis sans fin est essentiel pour garantir son fonctionnement efficace, prolonger sa durée de vie et éviter des réparations ou remplacements coûteux.

Quels sont les points sensibles à surveiller dans un convoyeur à vis sans fin ?
  1. Roulements : Ces pièces permettent à la vis de tourner sans friction. Il est crucial de les vérifier régulièrement pour détecter des signes d’usure ou de dommage.
  2. Vis hélicoïdale : C’est la partie principale du convoyeur. Elle doit être inspectée pour des déformations ou une usure excessive.
  3. Tube ou trémie : C’est le conteneur où se trouve la vis. Il doit être exempt d’obstructions et de dommages.
  4. Joints : Ils empêchent le matériau de s’échapper et protègent contre l’entrée de contaminants. Ils doivent être vérifiés et remplacés si nécessaire.


Sinfín en artesa


Quelles pièces doivent être changées périodiquement dans un convoyeur à vis sans fin et comment est effectué leur entretien ?
    1. Roulements de l’arbre d’entraînement : Contrôle et graissage. Fréquence : Toutes les 1000 heures ou tous les trois mois.

      Il est essentiel de surveiller régulièrement la température de service des roulements du convoyeur à vis sans fin, en veillant à ce qu’elle ne dépasse pas 50ºC dans une température ambiante normale. Il est recommandé de graisser régulièrement les roulements, en suivant les instructions du fabricant du lubrifiant utilisé. Cet entretien est crucial pour garantir la durabilité et le bon fonctionnement du convoyeur à vis sans fin, assurant ainsi son efficacité opérationnelle au fil du temps.

    2. Groupe moteur-réducteur: – Graissage – Fréquence : De 15 000 à 30 000 heures ou tous les 5 ans (selon les conditions de travail)

      En général, le moteur-réducteur nécessite peu d’entretien, bien que cela puisse varier en fonction des conditions opérationnelles et de la température de l’huile.

      Considérations importantes pour le stockage avant la mise en marche : il doit être protégé des intempéries et de l’humidité, placé sur des palettes ou, lors de l’installation, assurez-vous d’un ancrage ferme pour éviter les vibrations, installez des accouplements hydrauliques ou des limiteurs de couple en cas de chocs ou de surcharges, et protégez les joints pendant la peinture pour éviter des dommages au caoutchouc. De plus, suivez d’autres recommandations telles que l’usinage des pièces avec une tolérance ISO H7, l’utilisation d’extracteurs appropriés pour le montage, le maintien des surfaces de contact propres et protégées contre l’oxydation, et l’application de protections dans les installations en plein air pour éviter les dommages dus aux agents atmosphériques.

      Pour le moteur spécifiquement, il est nécessaire de maintenir propre le protecteur du ventilateur et le boîtier pour un refroidissement adéquat.

      Considérations importantes :

      • Vérifiez le niveau d’huile et placez le bouchon de dégazage.
      • Pendant l’entretien et le nettoyage, assurez-vous que la machine est déconnectée et verrouillée.

Engrase motor-reductor

Tableau récapitulatif de graissage indiquant la fréquence d’entretien pour le moteur-réducteur avec lubrifiant synthétique, en fonction des conditions de travail

    1. Transmission (pignons et chaîne): – Graissage – Fréquence : Toutes les 1 000 heures ou tous les trois mois.

      Pour un fonctionnement correct du mécanisme d’entraînement, les pignons et la chaîne doivent toujours être graissés avec de la graisse consistante (toutes les 100 heures de fonctionnement ou hebdomadairement), et une attention particulière doit être accordée à ce que la chaîne soit parfaitement tendue. Ce mise en tension doit être effectué périodiquement, environ toutes les 100 heures de fonctionnement.

      Le mise en tension est obtenu en déplaçant le moteur-réducteur sur les guides, qui sont finalement placés sur la base ou la plaque de support du moteur-réducteur. Une fois la mise en tension de la chaîne est effectué, il faut vérifier l’alimentation parfaite des pignons.

    2. Presse-étoupe : – Contrôle – Graissage lors du montage et remplacement de l’étoupe – Fréquence : Toutes les 1000 heures ou tous les trois mois, et lors du montage et du remplacement de l’étoupe.

      Après la première heure de fonctionnement, il est essentiel d’effectuer un ajustement de serrage. Ce processus implique de serrer les boulons de la presse-étoupe, ce qui est crucial pour assurer une fermeture efficace et éviter les fuites dans cette zone. Si le serrage atteint sa limite maximale, il sera nécessaire de remplacer l’étoupe. Pour effectuer ce remplacement, il suffit de desserrer les boulons de serrage et de changer les bandes de l’étoupe. Il est important que, lors de cette opération, le vis sans fin soit vide et que la zone de l’arbre et le logement de l’étoupe soient complètement propres. Cela garantit une adaptation adéquate de la nouvelle étoupe.

    3. Joints : Doivent être remplacés au moins une fois par an ou lorsque l’usure est observée.
    4. Lubrifiants : Il est essentiel de changer et de remplir les lubrifiants selon les recommandations du fabricant.


prensa estopada


Quelles pannes ou défaillances ces convoyeurs présentent-ils généralement ?
  1. Blocages : Peuvent être causés par une surcharge de matériel ou par une vis endommagée.
  2. Usure excessive : Généralement due à un manque de lubrification ou à la présence de matériaux abrasifs.
  3. Bruit inhabituel : Peut indiquer des problèmes avec les roulements ou le moteur.
  4. Fuites de matériel : Généralement liées à des joints endommagés ou un tube cassé.
Comment effectuer un entretien préventif efficace du convoyeur à vis sans fin ?
  1. Inspection régulière : Effectuer des inspections visuelles et auditives régulièrement pour détecter des signes d’usure ou de dommage.
  2. Nettoyage : Maintenir le convoyeur propre, en éliminant tout résidu ou accumulation de matériel.
  3. Lubrification : Assurer que toutes les parties mobiles soient correctement lubrifiées.
  4. Remplacement des pièces : Changer les pièces usées avant qu’elles ne tombent complètement en panne.
  5. Formation : Assurer que le personnel soit correctement formé sur la manière d’opérer et d’entretenir le convoyeur à vis sans fin.
Dernières références